topblog Ivoire blogs

mercredi, 25 juillet 2012

Billet: Et si on devenait tous Ghanéens ?

Lorsqu’après plus de vingt années (1979-2000) le président Jerry Rawlings perdait le pouvoir au profit de John Kufuor, personne ne voulait croire en une transition pacifique. C’était trop beau pour être vrai dans l’Afrique de l'instabilité, des guerres, des conflits et des maux de toute nature.

En fin 2009, les mêmes sentiments ont prévalu chez certains sceptiques lorsqu'à son tour, John Kufuor devait passer démocratiquement le témoin à John Atta-Mills, au terme d'une élection très serrée où l'écart de point entre les deux protagonistes n'était que de ... 1%. Là encore, le Ghana a su donner la leçon, continuant de consolider son renouveau démocratique dans une sous-région où attentats et coups d'état se disputaient le haut du pavé.

025072012084930000000attamilssaurevoirok.jpg

Hier mardi 24 juillet 2012, contre toute attente, John Atta-Mills (photo ci-dessus), président en exercice est mort brutalement des suites d'une courte (?!?) maladie. Et là encore, même dans la douleur, le Ghana est resté digne, se positionnant plus que jamais comme l'une des nations qui montrent le chemin à suivre aux autres en matière de démocratie. En effet, force a été immédiatement donnée à la loi et en quelques heures, la continuité de l'Etat a pu être garantie par la prestation de serment de l’intérimaire, John Dramani Mahama.

Le Président est mort, vive le nouveau président sans bruit de bottes, ni coups de Kalach, ni mutinerie, mais plûtot dans l'honneur et la dignité, privilégiant ainsi l'intérêt supérieur de la nation. Pas sûr qu'au "Gondwana" voisin, pays du Président fondateur (d'après Mamane sur RFI), les choses se seraient passées avec autant de douceur. Sacrés Ghanéens !

Au regard de ce modèle du voisin où la stabilité est devenue une réalité grâce à « une vie politique démilitarisée d’une part, et une armée dépolitisée d’autre part », l'on ne peut qu'être envieux de cet oasis de stabilité depuis environ trois décennies dans une Afrique de l'Ouest plus que jamais tourmentée.

Dans ces conditions, pas bête cette petite réflexion à notre endroit, nous Ivoiriens: et si on devenait tous Ghanéens ? Certainement, on trouverait la formule pour taire définitivement nos querelles, accélérer notre réconciliation et surtout mettre en avant, l'intérêt supérieur de la Nation.

Bien-sûr, cela ne déplairait pas à certains amis à moi pour qui ce serait presqu'un retour aux...sources ! TANOH J.C.C, Y.K (Awol), et bien d'autres encore.
Mais non chers amis, c'est une situation irréaliste, un raccourci qu'on n'oserait d'ailleurs pas prendre car ce n'est pas toujours qu'on en a gardé de bons souvenirs : "les Raccourcis" de Marcoussis sont encore présents dans nos esprits !

Et puis, la Côte-d'Ivoire, c'est quand-même la fièrté de la sous-region, même si cela se conjugue un peu au passé. Trop de bonnes choses chez nous ici au pays ! N'allez pas demander au vieux SENOUFO de laisser tomber son "Tchapalo", au bon vieux GOURO d'abandonner son cure-dents ...

Bref, trêve de plaisanteries ! A défaut de devenir Ghanéens "physiquement", ayons au moins l'humilité de l'être "dans l'esprit", afin de nous inspirer de leur modèle démocratique.

A ce prix, notre pays reprendra pour de bon son statut de leader naturel de la sous-région ouest-Africaine avec en ligne de mire, une ambition chère au Président de la République: faire de la Côte-d'Ivoire, un pays émergeant à l'horizon 2020.


TOURE YOUSSOUF
Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire
IEP Adjamé-1 (Abidjan, Côte-d'Ivoire)
ieptoure@yahoo.fr

23:40 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 18 juillet 2012

MERCI A TOUS !

Lorsque le vendredi 18 novembre 2011 à 06h11min je publiais l'article: "Enseignants, attention aux oreilles", j'étais loin d'imaginer qu'il s'écoulerait huit mois sans une autre publication. Et pourtant, ce temps s'est bel et bien écoulé, huit longs mois d'un silence pesant sur LE FORUM DE IEP TOURE, moments que j’ai moi-même vécu très difficilement.
Les raisons ?

Ce même vendredi 18 novembre 2011 justement, aux environs de 12h, sorti de mon bureau, je m'apprête à emprunter mon véhicule de service stationné dans la cours de l'Inspection (IEP Daloa-3) lorsqu’un individu vêtu de tenue civile et armé d’un pistolet automatique avance à grands pas vers moi, me somme de ne pas bouger et récupère la clé du véhicule et mes téléphones portables. Dans le même temps, mes collaborateurs du service encore présents sur la terrasse sont immobilisés par ses deux complices aussi armés. Tout ce beau monde est par la suite conduit à l’intérieur de mon bureau en file indienne et les mains en l'air, dans la pure tradition d'un scénario de Western à l'américaine.

Tous allongés à plat ventre dans le petit carré du bureau devenu très exigu pour la circonstance, la suite se passe de commentaires:
- Trente (30) minutes de séquestration sous la menace de pistolets automatiques,
- Fouilles interminables
- Menaces traumatisantes
- Véhicule de service emporté, 12 téléphones portables et environ 200.000 F récupérés sur mes collaborateurs et moi, otages temporaires d'un vendredi 18 novembre 2011...

Pas totalement remis de cette agression, la mutation du 27 décembre 2011 de Daloa à...Abidjan survient, avec prise de service le 6 janvier 2012 marquant le début d'une adaptation à de nouvelles réalités. Il faut en effet :

-Maitriser l’environnement trop mouvementé qui contraste avec la quiétude de l’intérieur du pays,
-S’imprégner du boulot sur place en ayant pris « le train en marche » en pleine année scolaire,
-Honorer les sollicitations de la hiérarchie (Directions centrales, Direction Régionale, etc.)
-Apprendre à pratiquer de nouveaux collaborateurs
-S’adapter à l’intensité du trafic et aux…embouteillages,
-Gérer les allers et venues à Daloa pour voir la famille restée sur place, etc.

En somme, un enchaînement infernal pour « un broussard » fraichement débarqué à Abidjan. Dur de se concentrer dans ces conditions pour faire des publications.

L’éclaircie dans toute cette grisaille, c’est que pendant cette période de disette, votre soutien ne m’a pas manqué un seul instant. Que de e-mails reçus ! Que d’appels téléphoniques de soutien ! Que de mots de réconfort pour ceux d’entre vous qui ont pu le faire de vive voix et de visu !
Que demander encore d'autre ? Rien du tout car votre soutien et vos prières sont les seules choses qui nous ont permis de garder la foi et de tenir le coup.
-Que vaut une Mistsubishi L200 4x4 double cabine emportée (aussi neuve et performante fût-elle) devant autant d'amitié, de sympathie et de soutien manifestés de la part des nombreux amis que vous êtes ?

-Que valent des portables et de l'argent perdus devant des vies sauves par la Grace de DIEU, après avoir côtoyé la mort pendant des minutes interminables ?


C’est pourquoi, à chacun d’entre vous qui m’avez soutenu, je vous dédie cette publication dont le titre traduit éloquemment le message que j’ai pour vous : MERCI A TOUS !

Le plus dur est passé, « le broussard » maîtrise un peu plus le nouvel environnement et s'accommode mieux aux...embouteillages.
Et surtout, grâce à vous, la force et le moral sont intacts pour poursuivre l’aventure sur LE FORUM DE IEP TOURE, une nouvelle…saison sur votre forum d’échanges avec encore davantage de motivation, de conviction et d’envie, et surtout avec une nouvelle signature : non plus IEP Daloa-3, mais maintenant IEP Adjamé-1 !

A très bientôt

TOURE YOUSSOUF
IEP Adjamé-1
ieptoure@yahoo.fr

18:46 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | |