topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mercredi, 19 septembre 2012

Education Nationale: De la FPC à l’APC, un virage à bien négocier

Par
TOURE YOUSSOUF
Inspecteur de l’Enseignement Préscolaire et Primaire
IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte d'Ivoire
• • • • •

Lorsqu’en 2002 le Ministère de l’Education Nationale décidait de passer de la Pédagogie par Objectifs (PPO) à la Formation par Compétences (FPC), les espoirs étaient grands de voir l’école ivoirienne effectuer un bond qualitatif, non seulement pour s’adapter à certaines exigences internationales, mais aussi et surtout pour améliorer les indicateurs de performance de notre système éducatif, notamment le taux de réussite scolaire.

Dix (10) ans plus tard, le bilan reste relativement mitigé car il apparaît très clairement que les objectifs de départ sont loin d’être atteints. Sans nier les avancées significatives constatées dans l'élaboration des curricula, la réalité est que les résultats scolaires ne se sont pas améliorés significativement.
L’appropriation du concept par les acteurs sur le terrain n’a pas été du tout aisée, au point même que certaines activités d’évaluation dites "Situations Problèmes" ont été mises en veilleuse depuis quelques années, parce que mal maîtrisées. Pis, dix (10) ans après l’avènement de la FPC, l’on continue d’évaluer encore en…PPO.

Sans avoir la prétention de faire le procès de la Formation par Compétence dont les avantages sont incontestables, il s’agit surtout à travers la présente contribution d’attirer l’attention de chacun sur un fait qui est indéniable : si la FPC a "pataugé" par moment, c’est parce que l’avancée du concept au fil des années scolaires avait une nette "longueur d’avance" sur la formation des acteurs du terrain. Cela a fortement contribué à augmenter les appréhensions -légitimes- de nombreux enseignants et encadreurs, renforçant ainsi des résistances au changement.
En clair, le récent recadrage de la FPC s'imposait et c’est tout naturellement que son annonce a été bien accueillie dans la communauté éducative. Cette opération a permis de faire évoluer notre système de la Formation par Compétences (FPC) vers l’Approche par Compétences (APC).

Seulement voilà : depuis environ un an que cette nouvelle terminologie est apparue, les acteurs du terrain ne savent toujours pas exactement de quoi il s’agit.
En quoi consiste l'APC ? Qu’est-ce qui change fondamentalement par rapport à la FPC ? Autant de questions auxquelles très peu de Chefs d’établissement, d’Inspecteurs d’Enseignement Primaire ou de Conseillers pédagogiques pourront répondre avec exactitude.
Pourtant, de juillet à septembre 2012 dans les Cafop, 2500 instituteurs ordinaires recrutés dans le cadre du Programme Présidentiel d'Urgence (PPU) ont été formés selon cette nouvelle approche pédagogique. Ils seront mis en responsabilité sur le terrain dès cette rentrée scolaire 2012-2013, pour être encadrés par des Inspecteurs, des Conseillers Pédagogiques et des Directeurs d’école qui eux-même ne savent pas encore en quoi consiste l’Approche par Compétence !

Peut-être que de la FPC à l’APC, pas grand-chose ne change. Peut-être !
Toutefois, même si le changement ne porte que sur une "petite virgule" dans les programmes ou les méthodologies, il est primordial que les acteurs du terrain en soient suffisamment informés afin d’être mieux armés dans l’implantation des innovations pédagogiques.

Des séminaires de formation continue et de perfectionnement professionnel sont donc à prévoir en urgence, afin que tous les acteurs du terrain (Directeurs de Cafop, Inspecteurs de l'Enseignement Primaire, Chefs d'établissements, Conseillers pédagogiques, Enseignants) soient au même niveau d'information et de formation que les autres maillons de la chaîne (Direction de la pédagogie et Antennes pédagogiques).
A ce prix là, l'on évitera que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

BONNE RENTREE SCOLAIRE A TOUS !

ieptoure@yahoo.fr

Commentaires

Excellente analyse et tout aussi excellent diagnostic comme à votre habitude, Monsieur l'Inspecteur.
Les appréhensions que vous formulez sont légitimes mais je voudrais tout de suite vous rassurer, sans allez jusqu'à prétendre me substittuer au DPFC. De fait, des modules de formation ont été élaborés et tous les acteurs intervenant dans la chaîne de l'enseignement/apprentissage seront conviés à des sessions de remise à niveau, les jours à venir.
Une étude menée en 2009 sur la mise en oeuvre de la réforme FPC a démontré que parmis les erreurs (et elle sont nombreuses) commises par l'ancienne équipe de la DPFC, figure en bonne place celle relative au manque ou à l'insuffisance de formation des enseignants et des encadreurs pédagogiques.Tirant les leçons de cet... échec, la nouvelle équipe a pris des dispositions pour respecter scrupuleusement les fondamentaux de l'écriture et de l'implantation d'un nouveau curriculum, au regard des standards internationaux.
Le recadrage a surtout permis, entre autre, de recalibrer les procédés d'évaluation, de nettoyer les curricula de toutes les scories liées aux formules incantatoires qui avaient le don d'inhiber les usagers et d'en retirer tout ce qui relève des consignes liées à des activités d'apprentissage, pour les dédier à des guides pédagogiques autonomes. Le principe de cette séparation est en lui-même déjà une grande avancée, de mon point de vue.
Je conseille à ceux qui veulent comprendre les ressorts de l'impasse de la FPC à se procurer une copie du rapport d'évaluation issue de l'étude évoquée plus haut.

Écrit par : KONE Youssouf | jeudi, 20 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Merci, mon chèr inspecteur d'attirer l'attention des acteurs du système éducatif que nous sommes.Je voudrais pour ma part dire que l'Education est une strategie du progrès, et que les enseignants devraient s'adapter au changement du monde en perpétuel mutation.
Pour revenir à la FPC, comme vous l'aviez dit n'a pas donné les résultats qu'on attendait. En effet, il faut aussi reconnaitre qu'il n'y avait pas de volonté politique de la part de nos dirigeants les dix dernières années. L'Education est avant tout un choix politique soutenu.Suivez mon regard, les insuffisances de la FPC proviennent de là,
Quant aux approches par les compétences, elles sont les bien venues. Cependant, il ne faut pas lésiner sur les moyens, il faut former tous les acteurs. Et grâce à la volonté politique affichée par le gouvernement actuel, les résultats scolaires vont s'ameliorer avec les APC
Mamadou OUATTARA, chargé de pédagogie à l'IEP de Sanpédro

Écrit par : Mamadou OUATTARA | jeudi, 20 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Merci mon cher Touré de nous inviter à une gymnastique intellectuelle sur le passage de la Formation par Compétences (FPC) à l'Approche par Compétences (APC). Apparemment, les analystes non avertis pourraient se précipiter de dire que "c'est bonnet blanc, blanc bonnet" ou alors "c'est une affaire de compétences". Mais non! Puisque toute décision de mise en œuvre de nouvelle approche pédagogique se fonde sur les résultats d'évaluations. Alors, si l'évaluation influence réellement la prise de telle décision, l'on serait tenté de chercher à savoir les raisons des échecs récurrents. Voilà pourquoi, même si beaucoup a été déjà dit sur la FPC en Côte d'Ivoire, il reste encore à dire. Je voudrais donc m'interroger sur la pertinence de certaines innovations telle que l'APC dont le dénominateur commun serait la précipitation, selon certains. C'est vrai! Mais, ce serait simpliste et amnésique de penser ainsi. Car aucune œuvre humaine n'est parfaite a-t-on coutume de dire. Au total, j'insiste sur la sensibilisation des uns, la formation des autres, l'adaptation structurelle du cadre de formation, la mise à disposition et surtout l'utilisation à bon escient du matériel didactique pour le succès de notre politique éducative. Sinon les exemples de résultats peu satisfaisants existent dans ce domaine en RCI et ailleurs. J'en veux pour preuve, en Côte d'Ivoire: l'insuccès de l'enseignement télévisuel (1971-1981), de l'initiation à la vie pratique à l'école primaire (1997-2007), la suppression des internats au secondaire et leurs corollaires, etc.
Bonne rentrée 2012-2013.
Jeannod KOFFI, IEP

Écrit par : KOFFI Jeannod | vendredi, 21 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Je vous félicite pour cette excellente analyse et pour l'exactitude du diagnostic établi, Monsieur l'Inspecteur.
j'aborde dans le même sens que M. KONE Youssouf et je vous prie d'observer de la patience, car au cours de cette année scolaire sont programmés la formation, l'information et la sensibilisation de tous les acteurs et partenaires du système éducatif ivoirien. Toute cette communication prendra en compte, j'en suis certain, les points essentiels manquants et relevés par l'évaluation de la mise en œuvre de la FPC en 2009. Je vous informe que M. le DPFC était en son temps membre de l'équipe d'évaluation de la mise en oeuvre de la FPC.
Pour terminer l'APC n'est que le résultat de la FPC recadrée.
Bonne année scolaire 2012-2013.
KOFFI K./ Lundi 24 septembre 2012

Écrit par : KOFFI | lundi, 24 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

je suis fier de vous mon IEP!
vous nous invitez à l'appropriation de l'essence de nos emplois.

Écrit par : GNAGNE AKPESS CLAUDE | vendredi, 28 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Très belle analyse! Nous avons tous eu cette appréhension qui est d'ailleurs en voie de résolution. Seulement, une inquiétude demeure: la rentrée scolaire ayant effectivement démarré, les acteurs de l'éducation(surtout les enseignants) pourront-ils s'approprier à temps cette approche et dispenser correctement les cours cette année?

Écrit par : AHOUA | lundi, 15 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Je remercie M l'inspecteur.Le viritable problème que nous enseignants des mathématiques nous avons est l'évaluation certificative en classe de 3ème enAPC.Nous voulons être formés sur ce point pour ne pas que nous soyons déphasés lors des examens à grand tirage.

Écrit par : Soh Koua Herve | vendredi, 19 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

merci cher collègue Touré pour ta reflexion. je n'oublie tous ceux qui contribuent au recadrage de l'APC en tirant les leçons ou les limites des anciennes pratiques pédagogiques. ton collègue Déloh

Écrit par : Déloh André | jeudi, 25 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

merci cher collègue Touré merci à tous ceux qui contribuent à l'enrichissement du débat sur le recadrage . les choses dynamiques s'opposent aux choses statiques le recadrage apporte une lisibilité et une visibilité à la pratique pédagogique

Écrit par : Déloh André | jeudi, 25 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Belle analyse monsieur l'Inspecteur. Mais l'année scolaire 2012-2013 vient de commencer sans que les enseignants ne sachent ce qu'est l'APC. Faut il commencer son application en cour d'année ou faut il attendre l'année scolaire prochaine. Je pense que là est la vrai préoccupation des enseignants. Merci

Écrit par : Zegbolou oscar | lundi, 29 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

quand seront disponible les fiches de l'APC?

Écrit par : souleymane | mardi, 30 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

J'ai été formé au CAFOP en 1999/2000 à enseigner selon la PPO. A peine une année après ma titularisation, sans meme "m'etre fait la main" dans la PPO, on me demande d'appliquer la FPC sans formation véritable;et DIEU seul sait combien de milliers d'instituteurs n'ont pas été recyclés à la pratique de la FPC! Et voilà cette année on nous amène...l'APC!!??
Nous enseignants,nous sommes prèts à appliquer la nouvelle pédagogie mais de grace donnez-nous en les moyens. Nous voulons etre recyclés, formés, sensibilisés,etc...
Car nous voulons vraiment relever le niveau de l'enseignement.les taux d'échec élevés aux examens à grand tirage nous attristent à plus d'un titre. Je lance donc un vibrant appel à nos responsables pédagogiques au plus haut niveau pour inscrire la formation des agents au coeur de leurs ACTIONS.

Écrit par : kouassi fidèle | samedi, 17 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
je voudrais un exemple d'évaluation en APC en classe de 3e.
merci

Écrit par : GOPRE | samedi, 24 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je voudrais un exemple d'évaluation en APC en 3è en MATHS
Merci.

Écrit par : GOPRE | samedi, 24 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

belle analyse mr l inspecteur mais pr linstant les enseignants ont le programme apc mais ceux ne correspondre pas avk les manuels eleves et on nous demande donc d adapter;cette adaptation est parcemee d embuches ki demandent a etre resolue dans le seul lapse de temps de la confection de la fiche ouaho

Écrit par : hyvane beugre | dimanche, 25 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

merci monsieur l'inspecteur pour votre brillante analyse ; mais souffrez que nous ,quoique néophytes , nous soyons très dubitatifs sur l'avenir d'une telle initiative déjà dédié à trépasser comme ses congénères aux premières lueurs de son introduction dans notre système éducatifs.oui vous avez raison de constater que la télé à échoué à l'école ,trop tôt introduite ? mauvaise ou mal formation des enseignants ? les questions sont longues pourtant la réponse elle est courte : aucune initiative pédagogique qui ne tient pas compte réellement des réalités socio-culturelle de notre pays ne pourra avoir du succès et donc la question qui suit est don c qu'ellle initiative, sera la bonne : il s'agit de l'approche indicamétrique de l'éducation pensez y

Écrit par : DOA MOÏSE BERNARD | dimanche, 23 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Merci M. L'IEP. beaucoup a déjà été dit. mais je constate qu'il y a une précipitation dans les choses. les quelques documents que nous avons pu parcourir ne sont pas totalement en adéquation avec ceux sur place. ensuite beaucoup manque dans ces documents.pourquoi ne pas bien le finaliser et bien former les enseignants avant de le mettre en vigueur ?
Pourquoi même ne pas proposer des fiches toutes faites sur supports électroniques ou dans les guides, aux enseignants à tous les niveaux du système éducatif, afin de leur permettre de faire plus de recherches ?
proposez des fiches en FPC et donnez le temps aux enseignant de faire plus de recherches pour ces cours selon leur milieu.
Je pense que cela apportera un plus à l'éducation en Côte d'Ivoire

Écrit par : KOUAME | mercredi, 13 février 2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour M.TOURE. Merci pour la lucarne. De la FPC à l'APC ,c'est blanc bonnet ou bonnet blanc ! je n'y crois pas.Les Ministres successifs de l'Education Nationale veulent transformer l'ENSEIGNEMENT GENERAL en ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL.Mais avec quelles ressources financières?Quels sont les moyens didactiques et les salles pour l'encadrement de ces millions d'apprenants ?Avec quels Enseignants outillés ? Une journée de formation en APC par-ci par-là à travers le pays peut-elle donner une spécialisation à un Enseignant ? L'issue n'augure aucune acquisition de compétence pratique à court ou moyen terme.Il faut adapter les programmes d'enseignement aux préoccupations des industriels et des entreprises dans tous les secteurs.Ainsi l'on supprimera nombre de thèmes afin de rendre les enseignements plus digestes et pratiques pour tous ! Un exemple:en 2013,on continue d'enseigner LE GRANITE,ses composants que sont les MICAS,LES FELDSPATHS et le QUARTZ.Quelle utilité pratique pour l'apprenant qui entend parler d'Hévéaculture,de culture d'Anacarde.Deuxième exemple:Il existe tout en CI sauf un centre de formation professionnelle en Mécanique moto.c'est un vrai paradoxe quand on connait les millions de motos qui circulent .Le Gouvernement gagnerait à organiser les ETATS GENERAUX DE L'ECOLE en demandant aux Enseignants et autres partenaires de proposer de nouvelles pistes thématiques capables de donner des compétences aux apprenants à court et moyen terme.

Écrit par : KDésiré LMA Prof SVT | mardi, 19 février 2013

Répondre à ce commentaire

si grande chose ne change pas pourquoi alors cette nouvelle approche?

Écrit par : gnonzié | samedi, 29 juin 2013

Répondre à ce commentaire

APC est une belle reforme

Écrit par : traore tiandrigue | samedi, 03 août 2013

Répondre à ce commentaire

Si nous aspirons à l'avancée de nos pays vers l'émergence comme le clament tous les gouvernants africains, pourquoi ne pas commencer par reformer les systèmes éducatifs en les décolonisant? Outre l'absence de manuels scolaires appropriés et les effectifs pléthoriques à gérer, cette réforme mérite d'être engagée.

Écrit par : ZE Joseph Eugène Pascaeli | vendredi, 16 août 2013

Répondre à ce commentaire

Il ya beaucoup de façons d'améliorer la qualité de l'éducation, j'espère juste que tout le monde dans le secteur de gouvernement vont soutenir l'éducation de qualité. J'espère aussi que tous les élèves et les enseignants donneront leur meilleur en essayant de mettre en œuvre cette éducation de haute qualité.

Écrit par : essay writing service | vendredi, 11 avril 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire