topblog Ivoire blogs

jeudi, 14 août 2014

Suppression confirmée du Concours d'Entrée en 6e : SANS TAMBOUR NI TROMPETTE !

Par TOURE YOUSSOUF Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte d'Ivoire • • • Le lundi 11 août 2014, les résultats de l'Affectation en Sixième (6e) en Côte d'Ivoire ont été mis à la disposition des Chefs de Circonscription et publiés le lendemain dans toutes les Inspections d'Enseignement Préscolaire et Primaire du pays.

télécharger (2).jpg

Alors qu'ils étaient attendus le 16 août selon le calendrier officiel initialement publié par le Ministère de l'Education Nationale et de l'Enseignement Technique, ces résultats sont arrivés avec une longueur d'avance, surprenant plus d'un, même parmi les Chefs de structures concernés. A ce niveau donc, les pendules sont à l'heure (et même en avance ! ) , ce qui constitue un bond qualitatif à apprécier à sa juste valeur et à mettre à l'actif de Madame La Ministre et de l'ensemble de ses collaborateurs en charge de ce dossier. Cette année au moins, les élèves de sixième n'accuseront pas de retard dans le démarrage des cours prévu dans un mois, le 15 septembre 2014. Au-delà de la célérité dans le traitement des données, l'autre aspect passé inaperçu et qui mérite pourtant d'être mis en évidence, c'est la confirmation de la suppression du concours d'Entrée en 6e qui sacrifiait chaque années de nombreux élèves pourtant méritants, avec une barre d'admission qui atteignait par moment jusqu'à 115 points, soit 13,5 / 20 de moyenne. Ce processus, bien que déjà engagé depuis l'année dernière, laissait beaucoup de parents dubitatifs, se demandant s'il s'agissait de "poudre aux yeux" (selon l'expression populaire ) ou d'une action qui s'inscrirait dans la durée. "Trop beau pour être vrai, attendons l'année prochaine pour voir " se disaient les uns, " Aura-t-elle de la place pour tous ces enfants chaque année ? ", se demandaient les autres. images (5).jpgDepuis le lundi 11 août, Madame La Ministre a mis fin à toutes les interrogations et avec la manière, "sans tambour ni trompette": pas de battage médiatique particulier sur la barre è 85 points (soit 10 / 20 de myenne) retenu encore cette année, donnant accès systématique au collège à tous les admis au CEPE comme l'année dernière. L'événementiel que cette proclamation constituait par le passé est devenu presque l'ordre normal des choses cette année, comme pour signifier au niveau de la tutelle du Ministère que la question n'est plus d'actualité et qu'il faut passer à autre chose.

La suite ! La suite justement, elle se conjugue en un ensemble de chantiers déjà entamés pour certains et à initier pour d'autres. A titre indicatif, l'on peut citer :

-La poursuite du vaste chantier de construction de nouvelles infrastructures scolaires et de réhabilitation de l'existant, avec une proportion accrue de collèges de proximité. A ce niveau d'ailleurs, les collectivités locales devraient s'activer davantage aux cotés de l'Etat qui est déjà sur une bonne lancée.

-La poursuite également de l'assainissement de l'environnement des examens scolaires par une lutte davantage accentuée contre la fraude à tous les niveaux, avec des caractéristiques multiformes:

• Un combat acharné contre la tricherie pendant les examens proprement dits, mais également pendant les phases préparatoires en amont puisque le contrôle continu en classe compte pour une certaine proportion à l'examen final.

• Une lutte sans merci contre les pratiques malsaines d'élèves tricheurs durant les épreuves, mais aussi et surtout contre les adultes (enseignants, encadreurs ou parents) qui mettent leurs neurones et leurs énergies à contribution pour asseoir des réseaux de fraude, de véritables "mafias des examens".

• Un combat avec certes à la tête Madame La Ministre, l'Inspection Générale et la DECO, mais dont les vrais combattants devront être les hommes du terrain, depuis les Chefs de structure jusqu'aux enseignants en passant par le personnel administratif et d'encadrement. En somme, des acteurs engagés et au dessus de tout soupçon dans "l'intérêt supérieur" des élèves.

Bref, tout le monde doit se sentir concerné et accompagner la construction de cet idéal, celui d'une école ivoirienne crédible où les vertus cardinales de mérite, d'excellence, de goût de l'effort, etc. redeviendront définitivement les seules valeurs qui régissent son fonctionnement. A cette condition seulement, l'action de Madame la Ministre (barre d'admission à 85 points) prendra tout son sens. Et l'on assistera à moins d'incohérences comme par le passé, où des enfants pourtant admis avec des notes impressionnantes (130 points et plus, donc supposés très brillants) sont incapables de franchir la classe de sixième (6e) ou de cinquième (5e), éjectés ainsi prématurément du système pour avoir été surévalués frauduleusement au CM2.

Après deux années consécutives de barre d'admission à 85 points, peut-on croire en une suppression définitive du Concours d'Entrée en sixième ? Oui certainement, tant que la Ministre KANDIA sera aux affaires, car les parents comprendraient difficilement un retour en arrière avec la ré-instauration du goulet d'étranglement que constitue une barre d'admission supérieure à 85 points. De ce point de vue donc, les candidats et leurs parents peuvent dormir tranquille, jusqu'à l'émergence de l'école ivoirienne en 2020, au moins !

TOURE YOUSSOUF

Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire

IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte-d'Ivoire ieptoure@yahoo.fr

09:47 Écrit par TOURE Youssouf | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

L'évidence se confirme comme vous l'aviez esquissée.Cependant, en essayant d'exécuter l'APC(cursus structuré en cycles d'apprentissage pluriannuels) qui épouse la conception de Jean Cardinet (1983) relative à l'évaluation, l'enseignant risque de faire l'amalgame. Dans la mesure où, la tutelle ne prend en compte qu'un pan de l'évaluation formative qui devrait se déployer à l'intérieur d'un cursus scolaire(du CP en 3eme).Cette dernière comme le rappelle Perrenoud (In Éducateur,n°2 février 2001,pp19-25.Les trois fonctions de l'évaluation) l'évaluation formative est un outil de régulation des apprentissages et des enseignements.C'est à dire optimiser les situations d'apprentissage proposées à chaque élève. Ce qui nous conduit à la pédagogie différenciée.Or le contexte de la salle de classe ivoirien freine la réalisation de cette dernière.En effet, nous avons en terme de qualité d'apprentissage un faible indice(rapport enseignant/élèves) au CM2 avec des effectifs qui ne s'y prêtent pas.Ce qui nous interpelle si nous voudrions tendre vers un système éducatif crédible.Que faire?Comment optimiser les apprentissages avec de telles tailles de classe ?Que peut on apporter à l'école moderne tout en essayant de nous adapter?

Écrit par : MOUSTAPHA KARAMOGOBA DIABY | jeudi, 14 août 2014

Merci mon cher IEP Touré, le Big des Bigs En tant que homme de terrain nous avons toujours soutenu qu'un élève de CM2 qui obtiendrait 85points au CEPE serait apte à faire correctement une classe de 6eme,voire même un bon 1er cycle du secondaire. En effet
Pour tenir la barre des 85 points, il faut sensibiliser tous les acteurs du système; afin que ceux-ci luttent contre la tricherie sous toutes ses formes.
Aussi voudrions-nous demander à la DECO de revoir le système mis en place pour les corrections. Après l'examen du CEPE 2014, nous avons travaillé sur les copies des élèves( un échantillon de 549 copies sur 5000); il nous a été donné de constater avec notre équipe beaucoup d'erreurs non décelées par les harmonisateurs
C'est en cela il faut remercier et féliciter l'IEP TOURE qui aide le MENET à se perfectionner. Mamadou OUATTARA Chef de service de la pédagogie et l’Évaluation des apprentissage de l'IEP San-pédro

Écrit par : Mamadou OUATTARA | vendredi, 15 août 2014

Merci pour ta contribution sur la suppression confirmée du concours d'entrée en sixième. Aujourd'hui, la volonté politique voudrait que l'école de base obligatoire parte jusqu'en classe de troisième malheureusement aucune disposition légale ne soutient cette noble idée . La loi de 1995 relative à l'enseignement demeure encore applicable tant que les nouveaux projets de loi ne sont pas adoptés et promulgués. Face à cette réalité nous doutons fort bien que la suppression du concours d'entrée en sixième soit confirmée. Il en va de même pour le caractère obligatoire de l'école qui demeure encore à l'état de déclaration politique. Je t'apprends, à toutes fins utiles, qu'à Niakara où je suis en fonction les élèves vont en sixième avec 85 points depuis quelques années.

Écrit par : DAGO Toussaint | dimanche, 31 août 2014

C'est avec beaucoup de fierté que je vous admire toujours par toutes les publications que vous faites notamment votre large contribution à la suppression confirmée de l'entrée en sixième même si aucune disposition légale ne vient pour l'instant confirmer cette suppression. Pour nous ça l'est d'une manière ou d'une autre. Merci encore pour ce noble combat. Certaines contingences sociales ont fait que nous sommes un peu distants ces temps-ci mais je crois en Dieu comme vous d'ailleurs et je prie chaque jour que Le tout puissant nous rapproche comme par le passé. Je vous le revaudrai dans un proche avenir incha Allah. Je profite pour vous souhaiter une très bonne fête de Tabaski. Fasse le bon Dieu que vos vœux les plus chers soient exaucés à la faveur de cette fête qui marque la commémoration du sacrifice d'Abraham. Je vous le demande à cause du bon Dieu et de son envoyé que je sois à vos côtés comme par le passé.

Écrit par : Méité Vadji | vendredi, 03 octobre 2014

C'est avec beaucoup de fierté que je vous admire toujours par toutes les publications que vous faites notamment votre large contribution à la suppression confirmée de l'entrée en sixième même si aucune disposition légale ne vient pour l'instant confirmer cette suppression. Pour nous ça l'est d'une manière ou d'une autre. Merci encore pour ce noble combat. Certaines contingences sociales ont fait que nous sommes un peu distants ces temps-ci mais je crois en Dieu comme vous d'ailleurs et je prie chaque jour que Le tout puissant nous rapproche comme par le passé. Je vous le revaudrai dans un proche avenir incha Allah. Je profite pour vous souhaiter une très bonne fête de Tabaski. Fasse le bon Dieu que vos vœux les plus chers soient exaucés à la faveur de cette fête qui marque la commémoration du sacrifice d'Abraham. Je vous le demande à cause du bon Dieu et de son envoyé que je sois à vos côtés comme par le passé.

Écrit par : Méité Vadji | vendredi, 03 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.