topblog Ivoire blogs

mardi, 27 juin 2017

CEPE 2017: Baisse du taux national de réussite, quelle analyse ?

Par TOURE YOUSSOUF

Inspecteur de l’Enseignement Préscolaire et Primaire,

IEP ADJAME-1, Abidjan, Côte-d’Ivoire

 

Inscription-ligne-Resultats-CEPE-0006.jpgDepuis le samedi 17 juin 2017, les résultats à l'examen du CEPE session 2017 en Côte d'Ivoire sont connus. L'un des enseignements significatifs à retenir, c'est le bémol enregistré au niveau du pourcentage national de réussite. En effet, en constante progression ces dernières années, ce taux a chuté de 83,33 % l'année dernière à 80,98 %, soit une baisse de 2,35 points. Rapporté aux 473.306 postulants de la présente session, cela représente autour de 11.120 candidats qui manquent à l'appel de la réussite cette année, si le taux de réussite avait atteint la valeur de l'année dernière.

Banal incident de parcours ? Reculade pour notre système du primaire ? Les acteurs du terrain sont-ils en cause ? Bref, quelle analyse peut-on faire de cette situation ?

L’un des aspects évoqués, c’est l’augmentation du nombre de candidats qui se chiffrait à 447.419 à la session 2016 contre 473.306 cette année, soit une hausse de 25.887. Certes, plus il y a de candidats, plus il y a d’efforts d’encadrement à fournir. Cependant, ne serait-il pas réducteur d’expliquer la baisse du taux par ce facteur qui, bien entendu, peut tout aussi faire pencher la balance de l’autre côté, c’est-à-dire constituer un facteur de relèvement du taux de réussite ? Cherchons donc d’autres raisons objectives ailleurs…

Dans cette recherche, il est difficile de ne pas penser aux différentes crises traversées par l’école cette année, à savoir "la crise des cours du Mercredi" dès le mois de septembre 2016 et la grève des fonctionnaires durant le mois de janvier 2017 qui ont fortement affecté le fonctionnement des structures scolaires. Sans nier l’impact de ces différentes perturbations, il est cependant à noter qu’au sortir de ces crises, les enseignants, surtout les tenants de CM2, ont chaque fois redoublé d’effort afin de rattraper le temps perdu. En tant qu’acteur du terrain au niveau du primaire, je suis bien placé pour affirmer que le plus malheureux en cas de mauvais résultats au CEPE, c’est bien le "maître de CM2" qui est souvent plus affecté que les candidats malheureux eux-mêmes ou leurs parents. Par ailleurs, avec le réaménagement du calendrier scolaire par Madame le Ministre, les retards accusés ont été compensés dans une certaine mesure. De ce point de vue donc, même si l’impact des différentes crises n’est pas à écarter, il reste à mon sens très marginal. Encore une fois donc, il faut s’orienter ailleurs pour trouver (s’il en existe), les vrais raisons de cette situation, en dehors des difficultés habituelles liées aux infrastructures et à l’environnement.

Dans cette veine, et si l’on scrutait du côté de la… Direction des Examens et Concours (DECO) elle-même ? Et oui, et si certaines mesures prises par la DECO depuis l’année dernière commençaient à porter leurs fruits ?

En effet, depuis la session 2016, le traitement en ligne des notes du contrôle continu laisse moins de marges de manœuvres pour certaines manipulations auxquelles l’on assistait bien malheureusement en fin d’année autour des Moyennes Générales Annuelles (MGA). Mieux, la DECO est allée plus loin cette année en demandant non plus la saisie des moyennes des évaluations, mais des notes obtenues dans chaque discipline, le calcul se faisant alors de façon systématique par l’applicatif, ce qui a eu l’avantage de limiter de façon drastique les moyennes erronées qui n’avaient souvent aucun rapport avec les notes obtenues. Lors des délibérations cette année, certes ils n’ont pas encore totalement disparu, ces candidats incapables d’avoir 25 ou 30 points sur 170 possibles à l’écrit de l’examen, mais qui sont toujours sauvés in extremis par ces "fameux MGA" exorbitants de 18 ou 19 ou même 20/20 obtenus en classes. Des "petits magiciens" que nos coups de pouces irresponsables envoient inconsciemment à l'abattoir de l'exclusion dès la classe de sixième (6e). Toutefois, leur nombre a considérablement baissé, et nul doute que cela est dû à ces mesures prises par la DECO. Pour ma part, l'une des véritables raisons se situe à ce niveau (même si bien-sûr il peut en exister d'autres).

Faut-il donc se plaindre de la situation ? A priori, une baisse de rendement n’est jamais une bonne chose. Mais vue sous l’angle de la résultante d’un début d’assainissement de l’environnement de l’examen du CEPE, ce n’est finalement pas tant mauvais que cela. D'ailleurs, la DECO est à encourager et devra poursuivre dans le sens de la fiabilisation des résultats de l'examen du CEPE, surtout que le concours d'entrée en 6e n'existe plus. Dans cette veine, il serait souhaitable, entre autres :

-qu'au niveau de l'Applicatif de Gestion de la Carrière au Primaire (AGCP), les structures ne gardent pas la main pour la remontée en ligne des notes des compositions et examens blancs jusqu’en fin d’année, comme cela a pu être observé cette année.

-que le déroulement des deux examens blancs soit balisé et encadré, afin que toutes les circonscriptions d'enseignement préscolaires et primaire l’organisent conformément à l’esprit de l’examen de fin d’année. L’implication des Directeurs Régionaux serait alors sollicitée, le cas échéant.

Bien d’autres chantiers existent et la DECO ne devrait ménager aucun effort, même si cela doit concourir à faire baisser encore le taux de réussite. Tout en s’engageant à consolider les mesures concourant à crédibiliser davantage l’examen, si nous réussissons à faire remonter la courbe du taux de réussite, l'on pourra alors être rassuré à l’idée que ces élèves, appréciés à leur juste valeur ne seront pas des coquilles vides en classe de 6e et éjectés prématurément du circuit scolaire.

Et tous les acteurs devraient s’engager à accompagner la DECO dans cette démarche qualité relativement à l’examen du CEPE/ENTREE EN 6E.

Bon début de vacances scolaires à tous.

 

TOURE YOUSSOUF

Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire,

IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte-d'Ivoire

ieptoure@yahoo.fr

06:38 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (18) |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

A tous a les aspects judicieusement analysés il importe de mon point de vue d ajouter la prise de conscience de nombreux acteurs et administrateurs de l examen du cepe qui ont laisse les eleves travailler sans interferer . pour le cas de la dren de ferke une etude réalisée par ses services a montre que les eleves admis en 6e avec le coup de pouce des surveillants ont été exclus tous en 6e .sur cette base elle sensibilise les acteurs a plus de rigueur a renforcé la supervision pour avoir des résultats qui reflètent la valeur réelle des enfants

Écrit par : georgesdogbo | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Merci le Grand Boss pour ce complément très important. C'est vous qui nous avez enseigné la rigueur dans le travail et le refus de la tricherie. C'est ce que j'essaie de véhiculer chaque fois que j'en ai l'occasion.
Merci surtout du soutien inlassable que tu as toujours apporté à ce forum d'échange.

Écrit par : IEP Touré | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Vous passez véritablement au peigne fin tous les éléments capable de concourir à la baisse du taux de réussite à l'examen du CEPE 2016-2017. Je voudrais moi m'attarder sur les notes de classe que les maîtres augmenteraient. Je ne nie pas la véracité de cette probalité. Mais à mon humble avis les vrais responsables sont ceux qui ne font que des classements. Monsieur Bi Boussou disait hier que pour lui Toumodi est meilleur dans la DREN de Yakro malgré leur faible puorcentage et vous même vous le rélévez dans vos propos. pourtant je suis convaincu que l'IEP de Toumodi risque d'être reprimandé par la hiérarchie. Pensez vous l'année prochaine acceptera-t-il dêtre la queue? Et pour ne pas être à la queue que fera-t-il? Certainement qu'il laissera des consignes à ses enseignants. Juste pour dire que le Maître n'est pas l'unique responsable des MGA gonflés. Merci patron et bonne journée à vous.

Écrit par : René KOFFI | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Merci RENE pour ta contribution et bienvenue à toi sur ce forum d'échange. Pour t'avoir pratiqué durant 4 ans à Didievi, je connais tes convictions en matière de travail. C'est pourquoi je ne suis pas surpris par ta réaction.
Si tu parcours les précédentes contributions, tu en trouveras une intitulé: "CEPE, BEPC, BAC: quand les pourcentages nous hantent". Si tu la lis, tu verras que nous sommes en phase sur cette question de course aux pourcentages qui pousse les gens à la tricherie.
D'ailleurs, abordé sous un autre angle, comment classer des entités alors que leurs élèves ont été soumis à des sujets différents (zone I, zone II et zone III) ?
Bref, merci d'enrichir le débat

Écrit par : IEP TOURE | mardi, 27 juin 2017

Merci Monsieur L'IEPP pour votre analyse o combien pertinence. Pour ma part j'estime que le nombre d'admis a augmenté cette année Par rapport au résultat de l'an dernier. Car dans cette analyse diagnostique, il faut tenir compte du contexte militaro- socio- politique. Nous devrions maintenant quitter le fétichisme des taux de réussite vers une analyse plus approfondie de la crédibilité et la fiabilité des résultats, d'où la nécessaire contribution de la Direction de la Pédagogie. En définitive, que ces élèves admis soient suivis jusqu'à la classe de 4eme ou 3eme, puis une conclusion à partir des données statistiques. Mamadou Ouattara à l'IEP SANPEDRO

Écrit par : Mamadou Ouattara | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Eh oui, le fétichisme des pourcentages !!!!! Que de migraine !Que d'insomnie ! On doit sortir de ce schéma. Que les meilleurs réussissent, c'est tout. Dans le cas échéant, on prépare le lit au renvoi pur et simple l'année suivante. Souvent, nos collègues Chefs d'établissement nous font la remarque. Il arrive qu'en fin d'année, on note ceci :-admis en 5e la moitié de l'effectif total -admis à redoubler le quart -exclu le deuxième quart. Quel gâchis ! Quelle honte ! Pour éviter tout cela, la rigueur doit être de mise à la base. Le maître de CM2,le Directeur de l'école, les Conseillers, les Parents, les Inspecteurs tous, doivent se donner la main pour un suivi rigoureux. L'Excellence découlera de cette union. La DECO est entrain de mettre de l'ordre, aidons la DECO à nous aider. L'Excellence, c'est d'abord la qualité.

Écrit par : Baba KAKE | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Merci "Grand Masque". C'est une contribution de taille, pour la référence que tu constitues dans notre système éducatif

Écrit par : IEP TOURE | mardi, 27 juin 2017

Merci cher frère Touré de nous donner l'occasion de nous prononcer sur le problème récurrent des MGA. tous ceux qui pris la peine de faire une comparaison des MGA et de l'évaluation finale(T1) ont constaté de façon générale un écart parfois important en faveur des MGA. Si l'on peut admettre qu'il y ait un écart parce que les candidats de plus en plus jeunes ne sont pas le jour de l'examen dans leur environnement habituel et sont stressés il ne devrait pas dépasser certaines proportions (quelques fois plus de 10 pts d'écart). Bref la crédibilité de nos évaluations continues est mise à rude épreuve. Que faire ? Faut-il les supprimer ? Cela ne serait pas juste malheureusement. Il reste donc à agir sur les conditions d'obtention de ces notes. D'abord par une constante sensibilisation de nos collaborateurs et des parents d'élèves, ensuite une analyse régulière de ces notes (convoquer par exemple pour justification un Directeur d'école quand on doute de la crédibilité de ses notes) .La DECO fait sa part dans la fiabilisation des MGA, il faut que chacun à son niveau soit imaginatif dans ce sens. Merci encore une fois.

Écrit par : MOROU KOUASSI | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Merci mon cher Touré pour ta contribution. J'ai lu et relu le papier et je suis vraiment satisfait des explications que tu as données. Nous savons tous que les taux de réussite au CEPE ont été surévalués depuis un moment par des pratiques que nous connaissons tous. Il est souvent écœurant de voir ces enfants éjectés du système et personne ne s'interroge sur cette situation. Notre société est remplie d'enfants ayant abandonnés de façon précoce le système, enfants qu'on appelle " enfants microbes". Ces enfants là sont dans les rues parce que les parents ont été incapables de les réinsérer dans le système scolaire car les établissements privés ne sont pas toujours à portée de toutes les bourses... Il nous appartient tous de prendre conscience des dangers qui guettent nos enfants qui constituent l'avenir de ce pays. Les IEPP qui constituent aujourd'hui le garant du déroulement de cet examen, de la crédibilité de cet examen ont-il réfléchi un jour sur leurs responsabilités dans la course effrénée des pourcentages à la "soviétique" ? Et que dire des classements des inspections dans les DREN ? L'IEPP qui a été mis au banc des accusés parce qu'il a refusé la facilité et la tricherie sera obligé de terminer sa réunion de la session prochaine par la fameuse phrase :" Soyez rigoureux, évitez la tricherie mais ma circonscription ne doit pas être la dernière". Pour moi, il faut continuer à assainir cet examen et encourager la DECO dans les reformes qu'elle a entreprises, demander aux IEPP d'avoir le triomphe modeste, de demander aux maitres de CM2 de faire effectivement les heures supplémentaires pour lesquelles ils sont payés. Ne soyons pas esclaves des chiffres, mettons nous au travail , évitons les bras de fer inutiles avec la hiérarchie, respectons les progressions et appliquons avec rigueur les méthodologies en vigueur... C'est à ce prix que nous allons améliorer le rendement interne de notre système.

Écrit par : Benoit BOEHI | mercredi, 28 juin 2017

Répondre à ce commentaire

merci iep

Écrit par : boehi bi boehi bienvenu hyacinthe | mercredi, 28 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Merci très cher collègue et frère Touré pour tes analyses toujours pertinentes nous plongeant continuellement dans le cogito. Contributions judicieuses de mes prédécesseurs .Je salue au passage les Doyens EL HADJ KAKE , BOEHI , GEORGES DOGBO, mon frère MOROU. Réflexion: dans les années 70 -80 et même au délà nos meilleurs élèves de CM2 admis au CEPE/ENTREE EN 6ème avec de notes de 140,150 voire plus étaient affectés en 6ème au lycée scientifique de Yamoussoukro (ex lycée de garçons de Yamoussoukro) .C’est avec envie que nous admirions nos condisciples les meilleurs rejoindre cette prestigieuse institution. Actuellement nos scolaires n'intègrent ladite institution qu'en classe de 4ème après un test . Pourquoi?La haute hiérarchie de notre Ministère nous interpelle donc tous ;acteurs partenaires de l'école à l'engagement au travail pour lequel sommes tous missionnés .Et cela passe j'en suis persuadé par un bon climat de l'école , l'assiduité et la ponctualité, des études surveillées au CM2" surveillées" par les encadreurs et superviseurs... (Directeurs ,Conseillers ,Inspecteurs ,DRENET-FP...,l'achèvement des programmes , des contrôles partiels fiables ,une haute mission de notre devoir d'enseignement-apprentissage, de suivi-évaluation et une haute conscience professionnelle etc. afin de conduire tous nos enfants (garçons et filles) vers la réussite scolaire.DELOH André

Écrit par : DELOH André | mercredi, 28 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi l'on n'affecte plus au Lycée Scientifique directement à partir du CM2 ? Question pertinente, réponse simple: certains y sont allés avec des notes exagérément surévaluées et n'ont même pas pu y tenir un trimestre. Preuve que les 150 ou 160 points obtenus de nos jours ne sont plus toujours crédibles. C'est une façon pour le décideur de nous interpeller, nous acteurs du terrain.
Et si l'on menait une enquête sur ceux qui y sont affectés maintenant après la classe de 4e, on se rendrait certainement compte que la plupart d'entre eux ont obtenus des notes modestes (130 ou 140 points) au CEPE, mais par leurs propres efforts.

Écrit par : IEP TOURE | mercredi, 28 juin 2017

Eh oui, le fétichisme des pourcentages !!!!! Que de migraine !Que d'insomnie ! On doit sortir de ce schéma. Que les meilleurs réussissent, c'est tout. Dans le cas échéant, on prépare le lit au renvoi pur et simple l'année suivante. Souvent, nos collègues Chefs d'établissement nous font la remarque. Il arrive qu'en fin d'année, on note ceci :-admis en 5e la moitié de l'effectif total -admis à redoubler le quart -exclu le deuxième quart. Quel gâchis ! Quelle honte ! Pour éviter tout cela, la rigueur doit être de mise à la base. Le maître de CM2,le Directeur de l'école, les Conseillers, les Parents, les Inspecteurs tous, doivent se donner la main pour un suivi rigoureux. L'Excellence découlera de cette union. La DECO est entrain de mettre de l'ordre, aidons la DECO à nous aider. L'Excellence, c'est d'abord la qualité.

Écrit par : Baba KAKE | mercredi, 28 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Ah oui ! Comme je l'ai dit auparavant, le vrai problème c'est le fétichisme des pourcentages. Vouloir faire des classements entre IEPP est l'une des causes des résultats peu fiables. Le lycée scientifique refusent les > au Cepe parce que tout simplement ces élèves dits meilleurs ne tiennent pas en 6eme. Il faut qu'on ait à coeur de régler ce problème récurrent. Sans rentrer en profondeur de mes analyses, je voudrais faire 2 propositions pour une approche solution elle : 1- suppression des MGA 2- arrêter de classer les IEPP à partir des résultats obtenus au CEPE

Écrit par : Mamadou Ouattara | mercredi, 28 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Merci petit frère. Je partage ton analyse. Je pense que le système éducatif ivoirien en dépit des nombreux soubresauts est un système performant. Je remercie également la DECO pour les mesures d'assainissement prises. Je pense que ces mesures doivent toucher tous les examens et concours organisés par la DECO. Il faut qu'en Côte d'Ivoire, partout, seuls les méritants soient récompensés.

Merci encore pour ton analyse et que Dieu te bénisse.
Madame Kouamé

S/Directeur du Préscolaire et du Primaire

Écrit par : KOUAME AKA JEANNETTE | lundi, 03 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Merci grande sœur d'apporter votre caution à ce forum d'échange. Comme vous le relevez, seul le mérite doit prévaloir car c'est ce que vous nous avez enseigné, vous nos devanciers

Écrit par : IEP TOURE | mercredi, 05 juillet 2017

Merci d'avoir retenu les leçons positives des aînés.
Dieu te garde dans cette ligne de conduite.

Madame Koiuamé

Écrit par : Madame Kouamé | jeudi, 06 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire