topblog Ivoire blogs

mardi, 27 juin 2017

CEPE 2017: Baisse du taux national de réussite, quelle analyse ?

Par TOURE YOUSSOUF

Inspecteur de l’Enseignement Préscolaire et Primaire,

IEP ADJAME-1, Abidjan, Côte-d’Ivoire

 

Inscription-ligne-Resultats-CEPE-0006.jpgDepuis le samedi 17 juin 2017, les résultats à l'examen du CEPE session 2017 en Côte d'Ivoire sont connus. L'un des enseignements significatifs à retenir, c'est le bémol enregistré au niveau du pourcentage national de réussite. En effet, en constante progression ces dernières années, ce taux a chuté de 83,33 % l'année dernière à 80,98 %, soit une baisse de 2,35 points. Rapporté aux 473.306 postulants de la présente session, cela représente autour de 11.120 candidats qui manquent à l'appel de la réussite cette année, si le taux de réussite avait atteint la valeur de l'année dernière.

Banal incident de parcours ? Reculade pour notre système du primaire ? Les acteurs du terrain sont-ils en cause ? Bref, quelle analyse peut-on faire de cette situation ?

L’un des aspects évoqués, c’est l’augmentation du nombre de candidats qui se chiffrait à 447.419 à la session 2016 contre 473.306 cette année, soit une hausse de 25.887. Certes, plus il y a de candidats, plus il y a d’efforts d’encadrement à fournir. Cependant, ne serait-il pas réducteur d’expliquer la baisse du taux par ce facteur qui, bien entendu, peut tout aussi faire pencher la balance de l’autre côté, c’est-à-dire constituer un facteur de relèvement du taux de réussite ? Cherchons donc d’autres raisons objectives ailleurs…

Dans cette recherche, il est difficile de ne pas penser aux différentes crises traversées par l’école cette année, à savoir "la crise des cours du Mercredi" dès le mois de septembre 2016 et la grève des fonctionnaires durant le mois de janvier 2017 qui ont fortement affecté le fonctionnement des structures scolaires. Sans nier l’impact de ces différentes perturbations, il est cependant à noter qu’au sortir de ces crises, les enseignants, surtout les tenants de CM2, ont chaque fois redoublé d’effort afin de rattraper le temps perdu. En tant qu’acteur du terrain au niveau du primaire, je suis bien placé pour affirmer que le plus malheureux en cas de mauvais résultats au CEPE, c’est bien le "maître de CM2" qui est souvent plus affecté que les candidats malheureux eux-mêmes ou leurs parents. Par ailleurs, avec le réaménagement du calendrier scolaire par Madame le Ministre, les retards accusés ont été compensés dans une certaine mesure. De ce point de vue donc, même si l’impact des différentes crises n’est pas à écarter, il reste à mon sens très marginal. Encore une fois donc, il faut s’orienter ailleurs pour trouver (s’il en existe), les vrais raisons de cette situation, en dehors des difficultés habituelles liées aux infrastructures et à l’environnement.

Dans cette veine, et si l’on scrutait du côté de la… Direction des Examens et Concours (DECO) elle-même ? Et oui, et si certaines mesures prises par la DECO depuis l’année dernière commençaient à porter leurs fruits ?

En effet, depuis la session 2016, le traitement en ligne des notes du contrôle continu laisse moins de marges de manœuvres pour certaines manipulations auxquelles l’on assistait bien malheureusement en fin d’année autour des Moyennes Générales Annuelles (MGA). Mieux, la DECO est allée plus loin cette année en demandant non plus la saisie des moyennes des évaluations, mais des notes obtenues dans chaque discipline, le calcul se faisant alors de façon systématique par l’applicatif, ce qui a eu l’avantage de limiter de façon drastique les moyennes erronées qui n’avaient souvent aucun rapport avec les notes obtenues. Lors des délibérations cette année, certes ils n’ont pas encore totalement disparu, ces candidats incapables d’avoir 25 ou 30 points sur 170 possibles à l’écrit de l’examen, mais qui sont toujours sauvés in extremis par ces "fameux MGA" exorbitants de 18 ou 19 ou même 20/20 obtenus en classes. Des "petits magiciens" que nos coups de pouces irresponsables envoient inconsciemment à l'abattoir de l'exclusion dès la classe de sixième (6e). Toutefois, leur nombre a considérablement baissé, et nul doute que cela est dû à ces mesures prises par la DECO. Pour ma part, l'une des véritables raisons se situe à ce niveau (même si bien-sûr il peut en exister d'autres).

Faut-il donc se plaindre de la situation ? A priori, une baisse de rendement n’est jamais une bonne chose. Mais vue sous l’angle de la résultante d’un début d’assainissement de l’environnement de l’examen du CEPE, ce n’est finalement pas tant mauvais que cela. D'ailleurs, la DECO est à encourager et devra poursuivre dans le sens de la fiabilisation des résultats de l'examen du CEPE, surtout que le concours d'entrée en 6e n'existe plus. Dans cette veine, il serait souhaitable, entre autres :

-qu'au niveau de l'Applicatif de Gestion de la Carrière au Primaire (AGCP), les structures ne gardent pas la main pour la remontée en ligne des notes des compositions et examens blancs jusqu’en fin d’année, comme cela a pu être observé cette année.

-que le déroulement des deux examens blancs soit balisé et encadré, afin que toutes les circonscriptions d'enseignement préscolaires et primaire l’organisent conformément à l’esprit de l’examen de fin d’année. L’implication des Directeurs Régionaux serait alors sollicitée, le cas échéant.

Bien d’autres chantiers existent et la DECO ne devrait ménager aucun effort, même si cela doit concourir à faire baisser encore le taux de réussite. Tout en s’engageant à consolider les mesures concourant à crédibiliser davantage l’examen, si nous réussissons à faire remonter la courbe du taux de réussite, l'on pourra alors être rassuré à l’idée que ces élèves, appréciés à leur juste valeur ne seront pas des coquilles vides en classe de 6e et éjectés prématurément du circuit scolaire.

Et tous les acteurs devraient s’engager à accompagner la DECO dans cette démarche qualité relativement à l’examen du CEPE/ENTREE EN 6E.

Bon début de vacances scolaires à tous.

 

TOURE YOUSSOUF

Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire,

IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte-d'Ivoire

ieptoure@yahoo.fr

06:38 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (18) |  Facebook | |  Imprimer | |