topblog Ivoire blogs

vendredi, 07 janvier 2011

Concours des Inspecteurs de l'Enseignement Primaire: Faut-il croire à une mascarade ?

Jadis considéré (avec celui de l'ENA) comme l'un des plus sérieux et les plus sélectifs, le concours d'accès au cycle de formation des Inspecteurs de l'Enseignement Préscolaire et Primaire est aujourd'hui dans la tourmente. De plus en plus, de lourds soupçons de fraude massive pèsent sur l'organisation de ce concours, lui enlevant du coup son caractère élitiste qui a toujours fait son prestige.
Dans cette veine, le quotidien "le jour" dans son édition du lundi 3 janvier 2011 met le pied dans le plat à travers un article de presse. Faut-il banaliser ce genre d'allégation ou croire effectivement en un simulacre de concours ?
En tout état de cause, en tant qu'Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire, je me sens interpellé. C'est pourquoi je voudrais partager avec vous cet article en espérant que vous ne manquerez pas de donner votre avis sur la question.



lu dans quotidien le quotidien le jour du 03 janvier 2011

250px-Lejourlogo.jpg

CONCOURS PROFESSIONNEL D'ACCES AU CYCLE DE FORMATION D'INSPECTEURS

Les candidats dénoncent la magouille à grande échelle


A peine publiée que la liste des admissibles au concours professionnel d’accès au cycle de formation d’Inspecteurs de l’Enseignement Préscolaire et du Primaire au titre de l’année 2010 fait l’objet de contestation. Des candidats décrient un recrutement complaisant.

Les résultats du concours professionnel d’accès au cycle de formation d’inspecteur de l’enseignement préscolaire et du primaire au titre de l’année 2010 ont été publiés le 31 décembre dernier. 41 candidats ont été déclarés admissibles sur un total de 1165. Des candidats malheureux qui ont approché notre rédaction s’étonnent de ce qu’aucun des 125 auditeurs du centre de formation continue de l’école normale supérieure (ENS) de la session 2010 n’a été déclaré admissible à ce concours.
« Cela est impossible quand on sait que nous avons préparé rigoureusement ce concours pendant deux ans », se défend l’un des contestataires. Pour eux, les résultats publiés ne relèvent que de la pure magouille. Les candidats non déclarés admis s’appuient sur plusieurs arguments pour défendre leur position. « Des personnes qui n’étaient pas habilitées à présenter ce concours l’ont passé », fait remarquer l’un de nos interlocuteurs qui s’est exprimé sous le sceau de l’anonymat. Il précise que c’est le cas de M. Oulouhadé Denis, Econome au Lycée 4 de Daloa qui bien que n’étant pas autorisé à compétir a été déclaré admissible à ce concours. Ce concours n’étant réservé qu’aux instituteurs et aux professeurs de CAFOP, selon les protestataires. Notre source indique que le nommé doit son admissibilité au fait qu’il a fait partie de la direction de campagne du ministre Emile Guiriéoulou à Guiglo.

Au-delà de ce dernier, le candidat Affely Joseph de Gaulle du grade A4 n’étant pas autorisé à compétir à ce concours a également été admissible a fait savoir notre interlocuteur. Il ajoute que certains candidats admissibles ont payé la somme de deux millions FCFA et même parfois plus à des membres du jury pour être sur la liste publiée le 31 décembre. Un autre exemple cité par les contestataires est celui du candidat Djahi K. Marcel. « Il ne lui reste que quatre années pour faire valoir ses droits à la retraite et à ce titre, il ne peut postuler au concours selon la législation », charge l’un de nos informateurs.

Au vu de ces récriminations, les protestataires qui trouvent que la liste publiée est complaisante demandent au ministre de la Fonction publique du gouvernement Gbagbo de mettre en place un nouveau jury qui travaillerait dans la transparence.


ABDOULAYE K.
source: LE JOUR n° 2125 du 3 janvier 2011, page 8

23:03 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 28 décembre 2010

Curieux sondage sur "abidjan.net": pas d'issue pacifique à la crise ivoirienne

logo_abidjan_noel09.gif


Depuis le 28 novembre 2010 (date du 2e tour de la présidentielle ivoirienne), il s’est établi un bicéphalisme au sommet de l’Etat, avec tout ce que cela comporte comme effets collatéraux très dommageables pour les innocents citoyens pris en otage par la classe politique.
Pour tenter de dénouer cette crise insolite sans précédent dans le monde, des actions diplomatiques sont entreprises et des suggestions de sortie de crise fusent de partout.

C’est dans cette grisaille que le portail « abidjan.net », célèbre moteur de recherche multimédia en Côte-d’Ivoire, réalise depuis peu, un sondage dont les items paraissent pour le moins … surprenants.
En effet, l’on peut lire ceci sur la page d’accueil du portail :

SONDAGE

Selon vous, la crise ivoirienne se terminera :

• Par l’essoufflement de la contestation
• Par une intervention militaire
• Par la guerre civile
• Franchement, aucune idée


Aussi curieux et surprenant que cela puisse paraître, « abidjan.net » ne prévoit aucun item relatif à un quelconque règlement pacifique de la crise autour d’une table de négociation où les « frères ivoiriens » se retrouveraient pour discuter franchement et lever les obstacles.
N’est-il pas permis de rêver que les résultats escomptés par une guerre civile, une intervention militaire ou l’essoufflement de la contestation peuvent aussi s’obtenir par la négociation et la diplomatie ?

Dans tous les cas, le libellé de ce sondage est une curieuse façon pour son auteur d’exprimer "son patriotisme". Si bien-sûr il est ivoirien !

21:02 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 13 novembre 2010

La fête des ... moutons !

Chaque année, à la même période, le grand ballet constaté dans l’arrivage des nombreux convois de moutons du Mali ou du Burkina constitue le signe annonciateur d’un événement d’envergure, d’une grande fête, celle des " moutons " dit-on couramment.

Quels sont donc ces moutons (certainement doués d'intelligence !) qui sont en fête chaque année ? Quelqu'un pourrait-il m'expliquer comment ces "bêtes intelligentes" se manifestent-elles pendant leur fête ? Ce sont autant de questions (et bien d'autres encore) que je me pose souvent devant cette appellation que je trouve totalement erronée et mal à propos.

Si l’on pousse la réflexion plus loin, la fête des moutons pour des musulmans en fête, cela signifierait tout simplement pour les puristes de la langue de Molière que " les Musulmans sont des M...". Je n'ose pas aller jusqu'au bout.

Et le mouton dans tout ça ? Un chanceux, tout simplement ! Car, pour une célébration où le sacrifice peut s'opérer également sur des chameaux, des bœufs ou d'autres types de bêtes, le mouton s'est vu attribuer la dénomination de cette prestigieuse fête. Veinard de mouton !

En tout état de cause, il est bon que la vraie appellation de cette commémoration reprenne le dessus, à savoir la fête de la TABASKI.

Si l'on devait continuer de considérer que la fête des moutons, c'est la fête au cours de laquelle l'on "tue" des moutons, imaginez donc dans cette logique, ce qui adviendrait au cours de la fête des ... Mères ou des Pères, par exemple !

Bonne fête de Tabaski donc - et non des moutons ! - aux Musulmans de Côte d'Ivoire et du monde entier.

TOURE Youssouf

23:13 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 08 novembre 2010

Dérive identitaire: les vieux démons refont surface

On pensait la page définitivement tournée. Tout au moins, on le souhaitait. Hélas, la triste réalité est là, implacable: la Côte-d'Ivoire est rattrapée par son passé, un passé récent qu'elle séfforcait pourtant d'oublier au plus vite.

Si les prières et les énormes sacrifices consentis par les uns et les autres ont contribué à les tenir à l'eccart de l'arène lors du premier tour, les vieux démons de la division identitaire n'ont pas pu s'empêcher de se manifester pour le second tour des élections, s'invitant dans un débat où l'on pouvait raisonnablement faire l'économie de leur présence.

Eh oui, ils sont bel et bien de retour, avec comme armes: des articles de presse virulents, des messages (sms) haineux, des propos enflammés de certains "penseurs libres" dans des forums d'expression, et que sais-je encore !
La cible ? Le Nord ! Encore le Nord et toujours le Nord, dont les ressortissants sont traités d'étrangers. Des propos choquants, mal à propos et inutilement blessants à l'endroit de toute une région et ses ressortissants qui ne sont pourtant pas tous forcement "Alassanistes" ou militants du RDR.
C'est encore plus frustrant pour ces nombreux nordistes qui militent du coté de La Majorité Présidentielle. Comment se sentent-il dans cette grisaille ? Comme des "beignets", tout simplement : grillés sur les deux faces. Considérés comme des "vendus" par leurs parents du nord, traités d'étrangers par leur famille politique. Triste sort !

Le peuple ivoirien a réussi à placer le niveau du débat politique et culturel si haut dans notre pays qu'il serait regrettable qu'on le tire de nouveau vers le bas par des questions identitaires qui ne nous font pas avancer, franchement. C'est une page qui devrait être tournée définitivement parceque d'autres défis plus importants attendent ces nombreux ivoiriens qui ont encore foi en leur pays.

En tout état de cause, moi je suis originaire de Touba, Ivoirien du Nord et fier de l'être. Tout comme le sont également mes amis, DATTE Jean-Francis, Abbey d'Agboville, AMANI Félix, Baoulé de Botro, TANOH Jean-Claude Cédric, Agni de Bongouanou, BOEHI Benoit, Gouro de Vavoua, et j'en passe ...
Tournons donc définitivement la page de la question identitaire afin de recentrer davantage le débat sur des valeurs plus saines qui nous rassemblent et qui fédèrent nos intelligences et nos convictions pour faire avancer le pays.

D'autres sujets autrement plus sérieux existent à profusion pour alimenter les débats électoraux, de sorte que la campagne présidentielle peut bien se passer de la question identitaire, cet autre "invité" de trop. Elle en a bien donné la preuve au premier tour !

QUE DIEU GARDE SA MAIN SUR LA CÔTE-D'IVOIRE

TOURE Youssouf

09:16 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 24 octobre 2010

Emission "FACE AUX ELECTEURS": Ordre de passage des Candidats

729058390.png


La campagne pour le scrutin présidentiel est ouverte depuis environ une semaine en Côte d'Ivoire. Afin de permettre à chaque candidat de s'adresser à l'électorat et d'expliquer son programme, une émission spéciale a été initiée par la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI). Ainsi donc, depuis le samedi 16 actobre, les candidats se succèdent à l'antenne pour s'expliquer sur les questions de POLITIQUE, d'ECONOMIE et de SOCIETE. Voici l'ordre de passage qui devrait permettre de vivre une campagne saine et apaisée comme le prône tous les partis à la course au fauteuil présidentiel.

CANDIDATS INDEPENDANTS

1 - samedi 16 octobre 2010: AKOTO YAO KOUADIO Félix, Indépendant

2 - dimanche 17 octobre 2010: DOLO ADAMA dit Adama Dahico, Indépendant

3 - lundi 18 octobre 2010: KONAN KOUADIO Siméon, Indépendant

4 - mardi 19 octobre 2010: ENOH AKA N'Douba, Indépendant

5 - mercredi 20 octobre 2010: TAGOUA NYNSEMON Pascal, Indépendant

6 - jeudi 21 octobre 2010: OBLE LOHOUES Anne Jacqueline, Indépendant


CANDIDATS SOUTENUS PAR UN PARTI OU GROUPEMENT POLITIQUE NON MEMBRE DU CPC

7 - vendredi 22 octobre 2010: ANAKY KOBENAN Innocent Augustin, Mouvement des Forces d'Avenir (M.F.A)

8 - samedi 23 octobre 2010: WODIE VANGAH Romain Françis, Parti Ivoirien des Travailleurs (P.I.T.)

9 - dimanche 24 octobre 2010: GNAMIEN Konan, Union Pour la Côte d'Ivoire (U.P.C.I)

10 - lundi 25 octobre 2010: TOIKEUSSE MABRI Albert, Union pour la Démocratie et pour la Paix en Côte d'Ivoire (U.D.P.C.I)

11 - mardi 26 octobre 2010: TOHOU Henri, Union Socialiste du Peuple


CANDIDATS SOUTENUS PAR UN PARTI OU GROUPEMENT POLITIQUE MEMBRE DU CPC

12 - mercredi 27 octobre 2010: Aimé Henri KONAN BEDIE, Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI-RDA)

13 - jeudi 28 octobre 2010: OUATTARA Alassane, Rassemblement Des Républicains (R.D.R)

14 - vendredi 29 octobre 2010: GBAGBO Laurent, La Majorité Présidentielle (L.M.P)

Ouattara Lacinan/ Source: CNCA

23:50 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

Présidentielles 2010: La campagne se met au WEB

1795883921.jpg


Certains candidats à l'election présidentielle ont leur site web de campagne ainsi que leur page facebook. Pratique pour les suivre !

LAURENT GBAGBO: http://www.gbagbo.ci/ et http://www.laurent-gbagbo.com/index.php Facebook

ALASSANE DRAMANE OUATTARA : http://www.ado.ci/accueil.php et http://www.adosolutions.ci/ado/home.php Facebook

HENRY KONAN BEDIE : http://www.henri-konan-bedie.org/ Facebook

FRANCIS WODIE : http://franciswodie.net/

JACQUELINE OBLE : http://www.oble.ci/index_02.php Twitter

ADAMA DAHICO : http://www.adamadahico.com/

GNAMIEN KONAN - http://www.gnamienkonan.ci/ Facebook

Dr ALBERT TOIKEUSSE MABRI http://www.mabritoikeusse.org/ Facebook

TOHOU Henri : http://www.henritohou.org/index.php?lang=fr Facebook

KONAN KOUADIO SIMEON : http://simeonkouadio.org/

TAGOUA NYNSEMON Pascal http://pascaltagoua.com/fr/accueil.php Facebook

23:38 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

Présidentielles 2010: Des affiches tous azimuts

Pas besoin d'être un spécialiste de communication pour savoir quel peut être l'impact des images sur les populations. Et les candidats ne se sont pas privés d'inonder les rues et les espaces puplicitaires, surtout "les 3 grands".
Prenez-en donc plein les yeux avec ces images de campagne grandeur nature ...

1840784921.jpg


-

1356337065.jpg


-

393213852.jpg

23:10 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 29 septembre 2010

ASEC-AFRICA: Si ça vous intéresse encore !

Alors que le public ivoirien est pourtant est l'un des plus passionnés d'Afrique pour le football, le championnat national de Côte-d'Ivoire "passe son chemin" dans le plus grand anonymat, avec un désintérêt de plus en plus croissant des populations depuis plusieurs années.

Finie la grande époque des derbys ASEC-AFRICA dans la tradition de l'art, qui tenaient la nation entière en haleine.

Finie la belle épopée du championnat de Côte-d'Ivoire où des génies tels Laurent Pokou, Miézan Pascal, Abdoulaye Traoré "Ben Badi" (et j'en passe) on fait rêver plus d'un ivoirien dans un passé pourtant pas si lointain.

Finie l'époque des grands dirigeants tel Simplice de Messe Zinsou qui savaient donner "du piment" à l'environnement du football ivoirien local (même si Maître Roger Ouégnin est encore là).

Que s'est-il passé ?
- Politique sportive interne inapropriée qui n'a pas su évoluer pour s'adapter aux exigences d'un monde du football plus performant et plus professionnel, donc plus exigent ?
- Trop grande influence des championnats étrangers par médias satellitaires interposés ?

L’heure viendra certainement où il faudra se pencher sérieusement sur toutes ces questions et bien d’autres encore, afin que le championnat de football de notre pays recommence à attirer des foules dans les stades.

En attendant, si vous êtes "déconnectés" (comme moi !) et que malgré tout vous restez un nostalgique des performances des deux "GEANTS" de notre football, voici de quoi vous mettre sous la dent à travers la petite "revue de presse" qui suit.

NB: les tribunes que vous voyez si "garnies" sur l'image ci-dessous, c'est bel et bien au stade FHB à l'occasion d'un match de l'ASEC des temps modernes !

Lire la suite

00:10 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 25 septembre 2010

Foncier en Côte-d'Ivoire: le comble de l'anarchie

De plus en plus, le citoyen ivoirien en quête d'une propriété immobilière à Abidjan est enclin à se tourner vers les sociétés promotrices -l'un des moyens les plus fiables à ce jour- malgré l'exiguïté et l'inconfort de ce qu'elles proposent aux clients. Mais les pauvres Abidjanais ont-ils vraiment le choix, quand on sait qu'en matière de terrain et propriétés immobilières dans la grande métropole et sa périphérie, il règne une totale anarchie au relent d'escroquerie et d'arnaques de toutes sortes. On vend un terrain à un tiers, on le revend à un autre, puis à un autre ... jusqu'à l'infini. On est même prêt à vendre son âme au diable, pourvu que celui-ci soit preneur !

Conséquence inévitable: des conflits fonciers à n'en pas finir.

L'article qui suit, tiré du quotidien Notre Voie du samedi 25 septembre 2010 en est une parfaite illustration.

Lire la suite

18:29 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 12 septembre 2010

Dialogue inter-religieux: le modèle ivoirien

Le mercredi 8 septembre, le pasteur extrémiste américain TERRY JONES annonçait son intention de faire brûler 200 exemplaires du Coran le 11 septembre 2010, date de la commémoration des attentats contre les tours jumelles du World Trade Center de New-York (2001). Bluff ou Chantage ? La suite a clairement montré qu'il ne s'agissait en réalité que d'un simple coup médiatique pour un personnage en mal de publicité. En effet, le samedi 11 septembre (hier), date initialement prévue pour l'autodafé du Coran, l'intéressé a déclaré sur la chaîne de télévision américaine NBC qu'il ne brûlerait le Coran "ni aujourd'hui, ni jamais".
Au delà du soulagement général suscité par cette sage décision, l'on n'oubliera pas tout de même la polémique qui a enflammé le monde entier pendant quelques jours, sur fond de haine et d'intolérance réligieuse.

Dans cette grisaille où "la geurre des religions" gagne du terrain entre le monde arabe et l'occident (les USA en particulier), le modèle ivoirien est assez parlant pour qu'on le passe sous silence.
En effet, à plusieurs occasions par le passé, les leadres religieux ivoiriens ont su s'éléver au dessus de toutes les considérations haineuses pour nouer un dialogue inter-religieux franc et sincère, dont l'un des indicateurs les plus patents est l'existence d'un forum des confessions religieuses dans notre pays.

L'illustration de cette franche collaboration à encore été donnée ce vendredi 10 septembre 2010, pendant la célébration de l'Aid El Fitr (fête de Ramadan). A cette occasion, c'est avec joie et satisfaction que les millions de téléspectateurs ont noté dans les réportages de la RTI, la présence rassurante des représentants des autres confessions réligieuses sur les lieux de prière, notamment à la mosquée Bilal de Yopougon Port-Bouet 2 dirigée par l'imam Koné Idriss Koudouss, président du Conseil National Islamique (CNI). Les images de la visite de ce dernier au chef de l'Etat -pour lui dire merci au nom des musulmans pour la signature du decret de validation de la liste éléctorale- ont encore montré la présence de ce collège de ministres de divers autres cultes, présence chagée de symboles et de messages.

Comme quoi, l'Afrique ne présente pas que des tableaux sombres de guerre, de famine, de mal-gouvernance et que sais-je encore ! Le modèle ivoirien en matière de dialogue inter-religieux n'est-il pas un cas d'école ?


TOURE Youssouf

17:23 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |