topblog Ivoire blogs

jeudi, 28 septembre 2017

BILLET: Si ABIDJAN était TÉHÉRAN...

images.jpg

HÉRAN, c'est la capitale de l'IRAN, Etat islamique situé dans l'ouest de l'Asie, au Proche-Orient. Là-bas, selon la loi en vigueur (la charia), lorsqu'un individu est reconnu coupable de vol, la sanction infligée est de lui sectionner une main. Ainsi, si la tentation du vol devait lui revenir, il réfléchirait par deux fois avant d'agir.De même, si un bandit se rend coupable de meurtre ou de toute autre forme de sévices corporels sur un citoyen, il est puni d'un châtiment équivalent. And so on...

ABIDJAN, c'est la capitale économique de la COTE D'IVOIRE, Etat laïc situé dans l'ouest de l'Afrique, avec une soixantaine d'ethnies et en voie d'émergence. ABIDJAN, c'est là également que depuis quelques années, s'est développée une nouvelle forme de banditisme : les tueries et mutilations horrible à l'ARME BLANCHE. S'il ne s'agissait que d'une question de couleur, l'on s'attarderait certainement moins sur celle de l'arme (le blanc sale), mais plutôt sur le ROUGE-SANG qu'elle fait couler de plus en plus.

Appelez-les comme vous voulez : microbes, enfants en conflit avec la loi, peu importe car le résultat est le même: il font couler le sang humain en ôtant d'innocentes vies et ce en plein jour, à visage découvert et en toute impunité.

Si ABIDJAN était TÉHÉRAN, peut-être que ces bandits réfléchiraient par deux fois avant de se mettre en conflit avec la loi.

Si ABIDJAN était TÉHÉRAN, peut-être que autant de vies innocentes ne seraient pas ôtées quotidiennement dans les rues et dans les domiciles.

Si ABIDJAN était TÉHÉRAN, peut-être que le fléau aurait trouvé sa solution depuis bien longtemps...

Mais bon, arrêtons de rêver. 

Parce que tout simplement, ABIDJAN n'est pas TÉHÉRAN...

Et puis bien entendu, les défenseurs des droits de l'homme sont à l'affût pour s'attaquer à toute tentative de "violer des droits de ces enfants de cœur" qui eux n’hésitent pas à décapiter à souhait.

Et puis bien-sûr, avec des "SI", on peut faire tellement de choses !

Et puis, et puis quoi encore...?

En attendant, les microbes continuent eux de sévir tranquillement et impunément à ABIDJAN !

Juste une petite réflexion et rien de plus !

TOURE YOUSSOUF

09:44 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

Côte d'Ivoire: "GNAMBRO", une logique au-delà de l'imaginable !

Par TOURE YOUSSOUFInspecteur de l’Enseignement Préscolaire et Primaire, IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte d’Ivoire

gnambro 2.jpg

En partance pour Séguéla (Côte d’Ivoire) le samedi 26 août dernier, je négocie avec la compagnie ABASS transport pour que le car me récupère au Corridor de Yopougon-Gesco, afin de m'éviter un déplacement très tôt le matin jusqu'à la gare à Adjamé.
Lorsque j'arrive donc à la Gesco (à la dernière station Shell) aux environs de 6h45, j'explique au premier "Gnambro" qui m'accoste que j'ai déjà un ticket pris depuis la veille et que j'attends juste que le car me récupère là. A priori, il ne semble pas y voir d'inconvénients, même si sa déception est bien apparente du fait que je dispose déjà d'un ticket.

Quelle n'est donc ma surprise lorsqu'à l'arrivée du car, il exige que le convoyeur "donne pour lui" avant que je ne monte à bord. Et quand celui-ci lui explique que c'est un client qui a déjà un ticket en bonne et due forme, voici sa réaction, froide et implacable :
"DONC IL A ATTENDU CHEZ NOUS ICI LÀ, C'EST CADEAU QUOI ?"
Je suis resté sans voix, dubitatif devant une telle réaction, avec une foule de questions qui se bousculaient dans ma tête :
-Est-ce la portion de terre que j'ai occupée durant l'attente qui lui appartient ? 
-Ou alors c'est pour l'air que j'ai respiré durant ce temps qu'il fallait lui verser quelque chose ?
-Ou alors autre chose ?
Depuis quelques jours donc, j'analyse cette réaction, j'essaie de comprendre la logique qui la sous-tend, mais je n'y arrive pas.
Combien de temps vais-je encore passer à me torturer les méninges pour essayer de SAISIR L'INSAISISSABLE ? Je n'en sais rien !
Toujours est-il que je suis inquiet, parce que trop de hors-la-loi pullulent dans notre environnement et nous importunent à longueur de journée. Et IMPUNÉMENT !

TOURE YOUSSOUF

08:20 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 25 septembre 2010

Foncier en Côte-d'Ivoire: le comble de l'anarchie

De plus en plus, le citoyen ivoirien en quête d'une propriété immobilière à Abidjan est enclin à se tourner vers les sociétés promotrices -l'un des moyens les plus fiables à ce jour- malgré l'exiguïté et l'inconfort de ce qu'elles proposent aux clients. Mais les pauvres Abidjanais ont-ils vraiment le choix, quand on sait qu'en matière de terrain et propriétés immobilières dans la grande métropole et sa périphérie, il règne une totale anarchie au relent d'escroquerie et d'arnaques de toutes sortes. On vend un terrain à un tiers, on le revend à un autre, puis à un autre ... jusqu'à l'infini. On est même prêt à vendre son âme au diable, pourvu que celui-ci soit preneur !

Conséquence inévitable: des conflits fonciers à n'en pas finir.

L'article qui suit, tiré du quotidien Notre Voie du samedi 25 septembre 2010 en est une parfaite illustration.

Lire la suite

18:29 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | |