topblog Ivoire blogs

dimanche, 18 janvier 2015

LE MOUTON EN PEDAGOGIE

 

Par TOURE YOUSSOUF

Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire

IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte-d'Ivoire

école,examen,pédagogique,titularisation,intégration,ceap,cap,mouton

Il est de notoriété publique que le mouton est un animal domestique docile à souhait et très naïf, au point d’inspirer certaines injures courantes : « bête comme un mouton », entend-t-on dire par moment dans le langage familier.

En pédagogie, il intervient souvent comme élément d’illustration dans les manuels scolaires, ou comme matériel de concrétisation lors d’une séquence d’enseignement/apprentissage en classe. Tant qu’il reste dans l’un de ces rôles, le mouton demeure le bienvenu dans "les affaires de l’école".

Là où sa présence devient problématique, c’est lorsqu’il s’invite dans l’arène des examens pédagogiques, volant la vedette à tous les acteurs de cette activité avec le qualificatif très révélateur de "mouton pédagogique". Que cherche-t-il ce mouton -si ce n’est un cabri dans certaines zones-, dodu et cornu, attaché dans la cour de l’école justement le jour de l’examen de titularisation (ou d’intégration), dans une position telle qu’il soit bien visible par l’Inspecteur dès son entrée dans l’enceinte de l’établissement ? Certainement pas le fruit du hasard ! 

Allant même au-delà de sa simple présence physique, le "mouton pédagogique" semble de plus en plus désigner toutes les pratiques mafieuses autour de ces examens, au su ou à l'insu de l'Inspecteur, Chef de la circonscription et président du jury. Ainsi donc, si vous entendez parler de 60, 80 ou 100.000 francs comme prix du mouton pédagogique, il ne s'agit ni plus ni moins que de la somme d'argent supposée exigée de chaque candidat en contre-partie de son admission à l'examen de titularisation ou d'intégration.

 
-Bonne vieille pratique que l’on cherche à perpétuer ?
-Exigence de l’Inspecteur de l’Enseignement Primaire, président du jury ?
-Pratiques de certains collaborateurs indélicats dans le dos de l’Inspecteur ?
-Initiatives propres des candidats pour s’attirer les faveurs du Président du jury ?
  
Répondre de façon tranchée à ces interrogations induirait indubitablement des erreurs d’appréciation, étant entendu que la situation peut varier d’une inspection à une autre. Si ce n’est pas le Directeur d’école qui prend les devants, c’est le Conseiller d'Inspection ou de Secteur qui s’en charge, quelque fois dans le dos de l’Inspecteur mais bien malheureusement, souvent sur instruction de celui-ci.

Si l’entendement populaire s’accommodait dans un passé bien lointain à l’idée que le "mouton pédagogique" fasse partie de l’environnement des examens comme symbole de l’hospitalité de l’école d’accueil (ou même du village entier), le contexte est bien différent aujourd'hui avec un scénario qui s’apparente beaucoup plus à de la concussion et du racket. C’est pourquoi, il paraît plutôt opportun de faire des propositions afin que cette pratique tant controversée disparaisse assez rapidement avec l’implication de tous.

· L’Inspecteur : la clé du changement

Dans la perspective du changement souhaité, l’Inspecteur de l'Enseignement Primaire constitue véritablement le personnage clé. En effet, autant il est le plus ciblé par les accusations et critiques, autant il devra prendre les devants pour se mettre totalement au-dessus de tout soupçon. Ainsi donc, si les preuves sont effectivement établies de certaines pratiques indélicates de notre part -et cela semble être effectivement le cas bien malheureusement-, nous devons nous ressaisir immédiatement et les corriger en posant des actes concrets, entre autres :

-Arrêter d’exiger des compensations aux villageois avant de mettre les stagiaires à la disposition de leurs écoles qui en ont pourtant le plus grand besoin ;

-Tenir la réunion de prise de contact avec les stagiaires en présence de leurs Directeurs, du Conseiller d’Inspection, des Conseillers de secteurs et des chargés d’examen de l’IEP ;

-A cette occasion, mettre publiquement en garde les collaborateurs qui s’adonneraient à du racket à l’endroit des candidats d’une part, et les candidats qui tenteraient "d’acheter" leur examen par des pratiques de corruption en proposant des choses qu’on ne leur aurait pas demandé, d’autre part ;

-Présider effectivement les jurys des examens et proclamer les résultats séance tenante en toute objectivité ;

 Si l’Inspecteur adopte une telle attitude de rigueur et de fermeté sans prêter le flanc à autre chose, il serait surprenant qu’un quelconque collaborateur prenne le risque de ramer à contre-courant.

· Les candidats : victimes en général, mais...

En ce qui concerne les candidats, s’ils sont en général victimes de la situation, il est important néanmoins de leur rappeler qu'il faut :

-Se mettre au travail pour bien préparer l’examen et mériter l’admission ;

-Eviter le raccourci de la facilité par des tentatives de corruption, au risque de se voir recalé si cela est découvert par le Président du jury ;

-Arrêter de profiter de la situation car aussi surprenant que cela puisse paraître, certains parmi eux, sous le prétexte qu’on leur exige une somme d’argent, profiteraient pour demander le même montant à trois ou quatre parents différents et si tous s’exécutent, empocheraient eux-mêmes la différence. "Qui est fou" pour ne pas profiter de la situation ? 

· Le Ministère : miser sur l'anticipation

Comme le FORUM DE IEP TOURE le recommandait déjà depuis août 2011 à travers un article intitulé "L'EPINEUSE QUESTION DES EXAMENS PEDAGOGIQUES DANS L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE", il est primordial pour la hiérarchie du Ministère de l'Education Nationale et de l'Enseignement Technique de s’attaquer au problème en amont, en misant sur l'anticipation. Pour ce faire, certaines actions sont à mener, entre autres :

-Au niveau de la DELC : pendant la formation des stagiaires dans les Cafop, il serait souhaitable que la Direction des Ecoles, Lycées et Collèges initie des tournées pour aborder ouvertement la question avec eux afin de les rassurer et les préparer au mieux à affronter les pressions sur le terrain.

-Au niveau de l'Inspection Générale : dès l'affectation des stagiaires dans les Directions Régionales, l’Inspection Générale devrait diligenter des missions dans toutes les DREN pour tenir un langage de fermeté en présence de tous les acteurs, allant du Directeur Régional aux candidats en passant par l’IEP et tous ses collaborateurs impliqués dans la chaîne d’encadrement des stagiaires.

-Au niveau de la DECO : il est impératif de revoir significativement à la hausse, l'indemnité allouée aux examens pédagogiques. Sachant que l'on consacre au moins quatre (4) heures à une titularisation et au moins sept (7) heures à une intégration, la prime de 1000 F (mille franc) par candidat en vigueur actuellement semble totalement dérisoire, surtout que les stagiaires sont très souvent dans des écoles très éloignées du chef-lieu d'Inspection, avec tout ce que cela comporte comme dommages et risques pour l'intégrité physique de l'IEP. En plus, quand celui-ci en a plus d'une cinquantaine à titulariser... 

-Au niveau de la Direction des Affaires Financières (DAF) : il serait souhaitable qu'en accord avec la DECO, la DAF puisse accorder des rallonges au niveau du carburant aux circonscriptions disposant d'un très grand nombre de candidats aux examens pédagogiques.

Nul doute qu'avec la conjugaison de tous ces efforts, l'on assistera à la fin progressive de cette pratique qui jette le discrédit sur toute la corporation des Inspecteurs de l'Enseignement Préscolaire et Primaire. Ainsi donc, chacun à son niveau contribuera à assainir l’environnement des titularisations des stagiaires, garantissant des examens pédagogiques propres et crédibles avec des acteurs au dessus de tout soupçon conformément à la vision de Madame le Ministre de l'Education Nationale et de l'Enseignement Technique. 

 

TOURE YOUSSOUF
Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire,
IEP Adjamé-1, Abidjan, Côte-d'Ivoire
ieptoure@yahoo.fr

14:28 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (32) |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 13 novembre 2010

La fête des ... moutons !

Chaque année, à la même période, le grand ballet constaté dans l’arrivage des nombreux convois de moutons du Mali ou du Burkina constitue le signe annonciateur d’un événement d’envergure, d’une grande fête, celle des " moutons " dit-on couramment.

Quels sont donc ces moutons (certainement doués d'intelligence !) qui sont en fête chaque année ? Quelqu'un pourrait-il m'expliquer comment ces "bêtes intelligentes" se manifestent-elles pendant leur fête ? Ce sont autant de questions (et bien d'autres encore) que je me pose souvent devant cette appellation que je trouve totalement erronée et mal à propos.

Si l’on pousse la réflexion plus loin, la fête des moutons pour des musulmans en fête, cela signifierait tout simplement pour les puristes de la langue de Molière que " les Musulmans sont des M...". Je n'ose pas aller jusqu'au bout.

Et le mouton dans tout ça ? Un chanceux, tout simplement ! Car, pour une célébration où le sacrifice peut s'opérer également sur des chameaux, des bœufs ou d'autres types de bêtes, le mouton s'est vu attribuer la dénomination de cette prestigieuse fête. Veinard de mouton !

En tout état de cause, il est bon que la vraie appellation de cette commémoration reprenne le dessus, à savoir la fête de la TABASKI.

Si l'on devait continuer de considérer que la fête des moutons, c'est la fête au cours de laquelle l'on "tue" des moutons, imaginez donc dans cette logique, ce qui adviendrait au cours de la fête des ... Mères ou des Pères, par exemple !

Bonne fête de Tabaski donc - et non des moutons ! - aux Musulmans de Côte d'Ivoire et du monde entier.

TOURE Youssouf

23:13 Écrit par TOURE YOUSSOUF | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |